Les mesures de réduction

Elles consistent à maîtriser l’impact. Cela implique de connaître (qualifier et quantifier) l’impact initial et de prendre des mesures venant l’atténuer. Il s’agit par exemple de réguler le fonctionnement des éoliennes en fonction de la probabilité de présence des chauves-souris ou des oiseaux, de mesures de gestion de l’habitat et des pratiques.

La réduction significative de certains impacts peut être obtenue par des ajustements ciblés. Ces mesures de réduction des impacts relèvent généralement d’adaptations en phase de travaux ou en phase d’exploitation (bridage des éoliennes par exemple). Il peut également s’agir d’améliorations techniques.

Mesures de réduction des impacts
Type d’impactType de mesuresOutils/Moyens
Perte d’habitat Mise en place d’un suivi environnemental en phase chantier Optimiser les dates d’intervention en phase chantier
Dérangement Maîtriser les accès afin de limiter la fréquentation du site Optimiser les dates d’intervention en phase de chantier
Dérangement en phase de nidification Disposer les éoliennes parallèlement aux voies de déplacement.

Prévoir des écartements suffisants entre les éoliennes

Eviter les effets « entonnoir » y compris vers d’autres infrastructures (lignes électriques, grandes routes...)
Micro-siting. (cf. mesures d’évitement)
Mortalité directe Régulation du fonctionnement des éoliennes (en particulier, en fonction de la présence des espèces dont les populations présentent une sensibilité particulière en termes de maintien dans un état de conservation favorable) Pour les chiroptères :

  • Régulation basique pour les chauves-souris (bridage au lever et au coucher du jour soit 4h par nuit d’avril à fin octobre), arrêts programmés
  • Régulation fine en fonction de paramètres temporels et météorologiques
  • Régulation en fonction de l’activité : régulation fine s’appuyant sur les paramètres météo, temporels et sur les relevés de terrain
    Pour les oiseaux :
  • Régulation des éoliennes sur la base de détections en temps réel, d’alertes migratoires
Mortalité directe Modifier les hauteurs de mât/longueur de pales en fonction du comportement des espèces présentes Etudes comportementales des espèces sur la zone de projet (notamment hauteurs de vol)

Choix des modèles d’éoliennes
Mortalité directe Effarouchement sur mesure Système de détection HD (caméra, radar, imagerie thermique...) couplé à un système d’effarouchement par émission sonore, ondes radars pour les chauves-souris... (Très peu de retours d’expériences pour le moment. Ces systèmes sont également susceptibles d’augmenter la zone de perte d’habitat. Efficacité à démontrer. Les systèmes d’effarouchement ultrasonore n’en sont encore qu’aux tous premiers stades de la recherche.
Mortalité directe Adapter la gestion des zones à risques, maîtriser l’attractivité sous les éoliennes Plan de gestion visant à limiter l’attractivité pour les espèces sensibles (Préférer une gestion fine de la zone à l’accentuation de l’artificialisation).
Mortalité directe Maîtriser l’attractivité lumineuse Diminuer autant que possible les sources de lumières (Un retour d’expérience concluant sur ce point en France pour les chauves-souris).
Mortalité directe Maîtriser l’attractivité pour les insectes en diminuant les zones de chaleur (nacelle) Isolation de la nacelle
Documents
Guide de l’étude d’impact sur l’environnement des parcs éoliens, MEDD, 2010
EUROBATS Publication Series N°6 Guidelines for consideration of bats in wind farm projects, EUROBATS, revision 2014
Lignes directrices nationales sur la séquence éviter, réduire et compenser les impacts sur les milieux naturels (2013) Lignes directrices nationales sur la séquence éviter, réduire et compenser les impacts sur les milieux naturels, MEDD, 2013