Détermination des voies de migration post-nuptiale des oiseaux au sein du Parc naturel régional des Marais du Cotentin et du Bessin

Responsable de la mise en oeuvre : Parc naturel régional des marais du Cotentin et du Bessin

Le PNR a accompagné la majorité des communautés de communes du territoire sur la définition de ZDE. A ce stade là, l’intérêt patrimonial (et plus particulièrement ornithologique) et paysager a conduit à exclure la zone humide et la zone côtière des zones favorables au développement éolien.

Les impacts éventuels concerneront donc essentiellement les oiseaux en phase de déplacement et sans doute plus particulièrement les migrateurs.

En l’absence de données pré-existantes, l’approche de la migration active a été renvoyée aux études d’impact site par site. Les premières études de ce type (menés de jour) font état de flux diffus sans que l’on puisse conclure sur le caractère ponctuel ou généralisable de ces travaux.

Afin de mieux prendre en compte les phénomènes migratoires dans le positionnement des parcs éoliens à venir, il est important de mieux cerner la géographie des flux migratoires sur le territoire (présence de couloirs migratoires privilégiés ou phénomène diffus). Le relief peu marqué et la densité du réseau bocager obligent à mettre en œuvre un réseau de surveillance relativement dense. Par ailleurs, un résultat attendu concerne les phénomènes nocturnes, très peu connus actuellement.

Le protocole d’étude associe des méthodes d’observations classiques et l’utilisation d’un radar, durant la migration post-nuptiale.

Documents
<media33|icone|left> Gérard Debout et Sébastien Provost, Groupe Ornithologique Normand (2009). Suivi des migrations postnuptiales dans les marais de l’isthme du Cotentin et en baie des Veys
<media34|icone|left> Biotope (2009). Étude de la migration postnuptiale par radar - Année 2008

<media35|vignette|center>